Flirt

flirt numero 1

Chez Un Fanzine par Mois, on est fiers de dire que notre moteur, c’est l’amour. On apprécie sa douceur, sa tendresse et on sourit en songeant au tranquille réconfort que cela nous apporte. On est conscient de la haine que l’amour peut aussi étrangement provoquer, mais on cherche à délaisser, au moins en pensées, cette dimension finalement aussi nécessaire qu’irritante à ce qui nous est le plus cher.

On a aimé Flirt dès qu’on l’a vu. Instantanément ce joli fanzine nous a attiré : il ressemblait à une lettre qu’on aurait aimé recevoir. Un instant, on a tout de même eu peur, on a cru ne pas pouvoir vous en faire profiter. Tout était en anglais et le lieu d’impression nous dirigeait vers l’Allemagne. Zut… Jamais on ne pourra les voir…

On n’a pas désespéré, on voulait les trouver, ces personnes qui avaient envoyé cette lettre destinée à tous ceux qui réussissaient à la trouver.

Ça a payé, on y est parvenus, on a pu les contacter !

Les deux créatrices de Flirt, Antoinette et Victoria se sont avérées être françaises et le prochain Flirt — celui que vous recevez — allait être imprimé à Paris dans l’atelier des éditions Fidèles situé aux Grands Voisins. Nous étions soulagés.

Et on était encore plus heureux de les avoir trouvées quand elles nous ont avoué avoir été touchées en recevant notre proposition de participation à votre abonnement préféré. L’amour avait suivi le chemin qu’on lui préfère, celui de la réciprocité.

Nous avons donc rencontré Antoinette et Victoria qui nous ont expliqué les idées derrière leur démarche. Ces deux amies rencontrées aux beaux-arts de Rennes se sont géographiquement éloignées à la suite de leur licence. Chacune visant une capitale, Victoria se retrouva dans l’allemande et Antoinette dans la française. Curieusement, cette relation à distance structura la forme de ce à quoi ressemble un Flirt : une lettre. Et plus encore, une lettre contenant le travail d’amis fait au fil des années et des déplacements.

En ce qui concerne le propos de fond, malgré le message que nous essayons pernicieusement de passer, Flirt ne s’appelle pas Amour. Ce n’est donc pas uniquement de cela dont il est question. Les thèmes sont plus précis et ambigus (dans l’ordre : Flirt/The Visit/Feeling). Cette ambiguïté se ressent dans les histoires contenues dans très joli petit ouvrage. Elles évoquent plus la complexité des relations et le trouble qu’engrange la séduction qu’elles ne font l’apologie de l’amour. Mais il semble toutefois que cela soit la tendresse qui englobe toutes ces œuvres tant on sent le soin apporté à l’objet.

Et puis, vous avez vu ? Il y a des cœurs partout.

Pour ce qui est de l’avenir, n’attendez pas tout de suite le prochain Flirt, le troisième vient tout juste de sortir. On nous a assuré qu’il y aurait une suite, sera-t-elle une nouvelle fois sous forme de lettre ? Ce n’est pas encore dit. Victoria et Antoinette le savent-elles elles-mêmes ? Nous, dans tous les cas, on sait qu’on sera là.

Pour aller plus loin :
Les comptes Instagram de Flirt, Victoria et Antoinette : flirt.zine
Quelques références des deux créatrices :
Arts visuels : les revues Nyctalopes et Lagon, Paul Noble, Ungerer et Windsor McCay
Films : Jacques Demy, les Marx Brothers, les séries cultes
Musique : de Molly Nilson aux Destiny’s Child en passant par les B-52s.

rédigé par ☞ Yann Quelennec