Zitrance

Salut Gnomus.
J’ai cru comprendre que c’était toi le manager de Zitrance,
c’est bien ça?

Exactement Yann. Merci encore pour l’invitation, c’est un grand honneur.

De rien,
de rien.
Pas mal la casquette d’ailleurs!

Merci. C’est une casquette spéciale de gnome, elle filtre bien les UV. Mon mode de vie infra-terrestre me contraint grandement, c’est pas hyper simple, je dois faire attention à bien protéger ma peau quand je sors a la surface.

Je vois. Alors dis-nous un peu,
c’est quoi ce projet?

C’est un recueil d’histoires courtes de bandes dessinées qui s’appelle Zitrance, le numéro 0 est sorti cette année. Mais pour bien t’expliquer, permets-moi de remonter un peu dans le temps.
Il y a quelques années, je me trouvais sur le territoire qu’on appelle la Mésopotamie, À cette époque, j’étais chercheur d’or, je rodais entre le Tigre & l’Euphrate à la recherche de petite pépites d’or enfouies dans la boue.
Le soleil ☀ torride du Moyen-Orient ne me permettant que de rares sorties diurnes, j’étais contraint d’exercer la majeure partie de mon activité une fois le soleil ☀
couché… Une nuit ☾, donc, alors que j’étais au fond d’un ruisseau à tamiser sec sec, j’ai glissé sur une pierre couverte de mousse, m’étalant salement dans le limon. Et tandis que j’essayais de me sortir de là, un type qui passait dans le coin m’a tendu la main pour m’aider à m’extraire de la vase.
C’était un être étrange, de petite taille, au visage parcheminé, recuit par le soleil du désert et vêtu d’une simple tunique à capuche. À ce moment-là, je ne savais pas encore que derrière cet énigmatique personnage se cachait en réalité Bakonet Jackonet, le Grand Maître des sables mouvants, le marabout errant…

Wow Gnomus!
Sérieux?

Eh ouais, mais attend un peu la suite Yann, c’est pas fini… Car Bakonet me propose alors de passer chez lui, histoire de prendre une petite douche et de me débarbouiller. Là je me dis : « Pourquoi pas, ça fait quand même une semaine que je ne me suis pas lavé dans autre chose que de la fange ». J’accepte alors son invitation sans savoir qu’en fait, il vivait dans une lugubre caverne ! Le mauvais plan quoi… Une fois dans sa grotte, j’ai remarqué quelque chose sur les parois : c’était de petits dessins représentant le personnage « Titeub ». Il y en avait des milliers. Puis j’ai vu que sur sa paillasse étaient empilées des centaines de pages couvertes d’étranges gribouillages hiéroglyphiques. « C’est bien là l’œuvre d’un dément… Pauvre homme… » me suis-je dit, tout en les prenant pour les feuilleter. Et c’est à cet instant précis que j’ai eu une sorte de révélation mystique : une voix a résonné dans ma tête de gnome et m’a dit « Gnomus fouilleur de boue, tu cherchais de l’or mais la pépite véritable est sous tes yeux ! Désormais, tu te consacreras à la promotion et à la diffusion des travaux de grands artistes-poètes tels que Bakonet ! ».
Questionnant alors le grand marabout sur ce qu’étaient ces pages, il me répondit que c’était de la « BD ». C’était le première fois que j’en entendais parler mais, sans que je ne puisse expliquer pourquoi, ces deux lettres résonnèrent profondément dans mon cœur.
C’est cette révélation qui m’a décidé à partir et à parcourir le monde à la recherche d’autres auteurs. Je les ai réunis, je suis devenu leur promoteur, leur protecteur. Je les ai coachés pour finalement imprimer & publier leurs BD dans  un recueil. Et c’est ainsi qu’est né Zitrance.

Putain Gnomus,
incroyable cette histoire.
Mais…
tu penses que tu pourrais m’en dire plus
sur ces autres dessinateurs?

Avec plaisir. Je me souviens de la première fois que j’ai vu le ténébreux Felix… Je l’ai trouvé au fond d’un rade pourri de la Nouvelle-Orléans où il sirotait godet de whisky sur godet de whisky, tout en griffonnant des inscriptions bizarres dans un carnet. J’ai tout de suite repéré le profil typique de l’auteur BD. Plutôt farouche en apparence, il ne m’a pas fallu plus que quelques notes de jazz gnomique (une de mes spécialités) pour le recruter. Il est très fort en dessins ésotériques, et fabrique plein d’artefacts de grande qualité, des petites sculptures et tout ça : il se considère comme le Messager du « Zbeul » ♥, une sorte de religion incompréhensible dont il est le seul adepte…

Zitrance, Félix Cobo

Ensuite il y a eu Lucas, le moine crédule. Je l’ai rencontré par hasard dans les rues de Goa en Inde, où il essayait de vendre ses miniatures ultra détaillées aux touristes. On s’est mis à discuter, de fantasy notamment (une passion qu’on partage lui & moi) et on s’est tout de suite bien entendus. Il est très naïf, alors quand je lui ai dit que je ferais de lui une star de la BD s’il me suivait, il n’a pas hésité une seconde.

Zitrance, Lucas Bardoux

Quant à Stern, j’ai découvert ses dessins sur internet, à l’époque il était très actif sur les forums de fan art. J’ai réussi à lui faire rejoindre l’équipe en échange de quelques rotrings défectueux.

Zitrance, Téo Stern

Mais comment est venue l’idée de faire
un recueil d’histoires courtes?

L’idée s’est imposée progressivement. Au début, je voulais juste entrainer les auteurs à fond pour faire en sorte qu’ils publient leurs magnifiques travaux et qu’un public le plus large possible puisse y avoir accès. Je n’étais qu’un jeune gnome bercé d’illusions, mes yeux étaient encore pleins d’étoiles ✶. Mais quand j’ai découvert le monde de la BD et des éditeurs, j’ai très vite compris que ça allait être difficile pour des poète-artistes comme eux. Je les ai imaginés se faire dépouiller et vilipender, leur art si subtil et ancestral noyé dans une immense vague d’exploitation industrielle. Je me suis dit que ce n’était pas possible, qu’il fallait essayer de faire autrement. J’ai demandé à la voix dans ma tête que faire, mais mes questions sont restées sans réponse… J’ai finalement choisi d’agir par moi-même, et ai décidé que le recueil était la meilleure option car, comme tu le sais sans doute toi-même Yann, l’union fait la force.

Ok.
Et est-ce que tu peux
me parler de la ligne éditoriale de Zitrance?

Bien sûr. Depuis ma plus tendre enfance, je suis un grand fan de fantasy, sans doute parce qu’en tant que gnome ce sont les seules histoires où je me sens réellement représenté. Je me souviens encore avec nostalgie des longues heures que j’ai passé à lire dans les cavernes de l’infra-monde… Puis, à l’occasion d’une visite chez une autre tribu gnomique de mon pays souterrain, j’ai découvert la science-fiction et le délicieux vertige qu’elle procure. Ces histoires ont su abreuver ma soif d’aventure. Tu pourras aussi retrouver de l’horreur et du fantastique dans les pages de Zitrance, mais tu sais finalement c’est surtout l’identité des auteurs qui donne le ton du livre.
Quant aux formats d’histoires, comme mes trajets fréquents entre la surface et le monde souterrain en infra-RER sont d’un ennui mortel, je voulais pouvoir lire des récits qui soient assez longs pour pouvoir me plonger dans un univers, mais pas trop non plus, pour pouvoir les terminer en une fois avant de me faire piquer mon exemplaire par les brigands de l’infra-gare qui raffolent déjà de Zitrance. Je voulais aussi avoir un livre qui tienne dans la poche mais épais en contenu, un peu comme ces magnifiques «manga » que j’ai découvert récemment, lors d’un voyage dans l’archipel nippon.

Et quels sont
tes futurs projets Gnomus?

Le futur de Gnomus c’est surtout de préparer le prochain Zitrance, car depuis la publication du numéro 0 j’ai pu continuer mes voyages aux quatre coins du monde et rencontrer de nouveaux créateurs & créatrices de talent. Mais d’ici là, pour permettre aux dessinateurs et lecteurs de patienter avant la prochaine sortie, il y a le site internet Zitrance où je publie des petites histoires (www.zitrance.net). On peut aussi y chiner quelques fétiches bon marché et autres produits délicieux si on sait où chercher.

C’est compris,
merci pour tout!

Merci a toi Yann, à bientôt j’espère.
Prends soin de toi ♥

rédigé par ☞ Yann Quelennec

( Parfois indisponible dsl. )