Zine Panique

Quel est le point commun entre Casanova Nobody Frankestein, illustrateur américain portant lunettes nuits & jours et passé 15 ans sous les radars après un succès underground dans les années 90’, Fabio Vermelho, artiste Brésilien au travail

« Weird »,

« fortement influencé
par le rock’n’roll,
le porno &
les films d’horreur
des années 50 »

ou encore Antoine Maillard, jeune auteur français au travail lumineux tout juste sorti des arts déco Strasbourg ?

Tous atterrissent de temps à autre dans la boîte aux lettres de Yann Deplanque pour des colloques cacophoniques produits par l’utilisation de langues multiples et styles graphiques uniques. Une boîte aux lettres normale n’étant pas faite pour ce genre de déchaînement, les grands moyens ont été déployés. Caisse de résonnance dédiée aux artistes auto-édités du monde entier, Zine Panique est né en début d’année. Et puis le bruit gênait les voisins.

Mais pour quelle bonne raison, me demanderez vous, des dizaines de fanzines ( plusieurs par semaines) venant de pays lointains prennent le chemin de la Picardie pour atterrir chez Yann, adresse aussi discrète qu’élégante aux abords de Compiègne ?

Tout avait pourtant bien commencé, passionné de Franco Belge, puis de manga, avec l’arrivée d’Akira dans les années 90’, Yann a tout dévoré. Il se détourne pourtant de la BD pour un temps :

« je ne trouvais
plus de plaisir
dans les
nouveautés ».

En 2001, il entre tranquillement dans la lecture de From Hell, roman graphique d’Alan Moore et replonge, petit à petit, mais cette fois pour de bon, dans le monde du Fanzine, un autre pan dans le mille feuilles de la BD. C’est aussi simple que ça.

Première frustration, il n’y a rien, ou très peu pour référencer les publications. Qu’à cela ne tienne, Yann ouvre un compte instagram (@yannplane) pour valoriser les productions autoéditées des auteurs qu’il découvre au nord ou au sud de l’équateur.

« Ce qui est cool
avec ce monde là,
c’est que les gens
sont très accessibles »

nous explique-t-il.

Yann est en contact avec des gens partout sur la planète. Dans un effort constant de découvreur & d’archiviste, il tente de répertorier, sur une carte immense les courants, les artistes, dans quelle ville et à quel moment. Très vite, les auteurs lui demandent des petits services, une traduction, une mise en relation avec un éditeur français. Yann traduit et relaie.

Mais ça ne suffit pas !

Des centaines de planches incroyables devraient trouver leurs lecteurs ici ! Damn, le meilleur moyen est encore de les éditer soi-même conclut Yann, qui créé en 2019 sa maison d’édition ZINE PANIQUE. Vous y trouverez ET VIENT LA NUIT de TRAVIS ROMMEREIM (une planche a pu tomber dans votre fanzine).

Pendant ce temps là, les auteurs continuent à envoyer leurs fanzine ( dieu sait combien depuis que vous avez commencé à lire ça) et il a fallu, encore, trouver un moyen, plus rapide, plus efficace de valoriser, de montrer le contenu de cette boîte aux lettres prolifique. Le Fanzine que vous recevez ce mois-ci tient à la fois de la BD, du catalogue et des cahiers du cinéma, avec ses interview, ses critiques, ses références et ses planches. Issu du trop plein de bonnes choses qui se font sans être vues, nous espérons qu’il ouvrira pour vous aussi sur des univers qui sans Yann, seraient restés inaccessibles. Vous risquez de refermer ce fanzine comme on a quitté la maison de Yann, avec le sentiment d’avoir levé un coin minuscule du rideau.

Il faudra revenir !

rédigé par ☞ Simon Guibert
couv zine panique x un fanzine par mois

( Parfois indisponible dsl. )